La e-réputation à la i-conférence

Hier soir, on a assisté au Palais de Congrès de Dijon à la i-conférence, le débat interactif. Événement soigneusement produit et conduit, qui a abordé tout en douceur les thèmes de l’innovation, de la green attitude, la e-réputation et la motivation des salariés.

i-conference

Organisé autour de quatre mini-débats avec une douzaine d’intervenant au total, on a suivi avec une attention toute particulière le débat concernant la e-réputation, pour lequel nous avons participé à la préparation au titre d’expert en référencement.

Présenté par Emmanuelle DANCOURT et orchestré par Paul AMAR, la participation de Mathieu HARATYK, Pascale LAMBERT et Emmanuel MIGNOT ont particulièrement été appréciées.

La singularité de la i-conférence est la possibilité de répondre en direct aux sondages avec une zapette mise à disposition de chaque participant.

Quelles sont les réponses données par les 600 chefs d’entreprise présent ?

Êtes-vous déjà allés sur Internet pour voir ce qu’on dit de votre entreprise?
Oui 69%
Non 31%

Emmanuel MIGNOT a précisé au sujet de cette question qu’il est intéressant d’aller voir, non seulement pour voir si l’on dit du bien ou du mal, mais aussi pour savoir comment notre entreprise est perçue.

Quels outils utilisez-vous en milieu professionnel ?
Moteurs de recherche 96%
Viadeo, LinkedIn, Xing, … 34%
Facebook, MySpace, … 36%
Twitter, identi.ca 7%
Aucun 1%

Les intervenants ont largement commenté ces résultats, et en particulier Mathieu HARATYK pour qui l’utilisation de Facebook en milieu professionnel à ce niveau était inattendue.

Paul AMAR a ensuite posé la question de l’importance de l’avis des consommateurs pour la e-réputation.

Les intervenants se sont mis d’accord sur le fait que ce sont les mécontents qui s’expriment le plus, ainsi que pour remarquer l’importance particulière de cet indicateur dans l’hôtellerie et la restauration.

Mathieu HARATYK a soulevé la question des sociétés « spécialisés » dans la création de « faux avis » par lots de 5 ou 10… Sur ce point, Emmanuelle DANCOURT a fortement nuancé l’influence de tels « faux avis ». En effet, dès qu’on dispose d’un nombre d’avis conséquent, ceux-ci se retrouvent rapidement noyés dans la masse.

Pour finir, le mini-débat sur la e-réputation, la dernière question fût:

Avec lesquelles des affirmations suivantes êtes-vous d’accord?
Surveiller la e-réputation est une activité couteuse 23%
La e-réputation est pour les grandes entreprises 12%
La e-réputation est un concept de plus 30%
La e-réputation est obligatoire 71%
La e-réputation est une mission du dirigeant 62%

Voilà une rapide synthèse du mini-débat sur la e-réputation, déroulé dans le cadre d’une excellente soirée, qui a marqué le début du concept très réussi de la i-conférence.

Toutes nos félicitations aux organisateurs et partenaires, en particulier à Grégory Maubon, responsable TIC de la CCI Dijon.

Tags: , ,

Laissez nous un commentaire ou posez votre question

Current day month ye@r *