Top 10 des erreurs SEO pour sites e-commerce

Nos guides des meilleures pratiques pour l'e-commerce, vous proposent notre top 10 des erreurs à éviter si vous gérez une boutique en ligne.

1. Duplication de contenus.
L’une des erreurs les plus connues et sanctionnées par Google, d’autant plus depuis la mise à jour Google Panda, c’est la duplication de contenus. En effet, lorsqu’un e-commerçant vend les produits d’une autres entreprises, ne jamais copier-coller les descriptions produit de cette même entreprise ! Il s’agit de reformuler et de créer sa propre description.
2. Ne pas faire de doublon de keyword en balise title.
En admettant qu’un commerçant s’apprête à lancer sa propre e-boutique pour vendre des t-shirt pas chers en ligne, le mot-clé principal de ce dernier sera peut-être : « t-shirts pas chers ». L’erreur à ne pas commettre est donc de placer ce mot-clé en titre et d’en ajouter un autre, contenant également le terme « t-shirts ». Exemple : « T-shirts pas cher, toutes vos marques préférées de t-shirts ». Dans ce cas précis, la balise title est déséquilibrée et la valeur du mot-clé principal va fortement perdre en force. .
3. Ancres des liens.
« Voir » ou « lire la suite » : à bannir ! De nombreux sites utilisent pourtant ce procédé. Beaucoup trop vagues, ils ne décrivent rien du tout. Privilégier un texte court, mais descriptif et avec des mots-clés.
4. Site responsive.
Ne pas rendre le site lisible pour smartphones et autres navigateurs web. Ceci est d’une logique implacable, mais les bases sont parfois oubliées au profit de petits détails. Si cela n’est pas fait, le site prend le gros risque de passer à côté de certains clients. Vous pouvez tester si votre site est responsive avec Mobile Test, Responsive et autres sites spécialisés.
5. Avoir un site lent à charger.
La fréquentation d’un site est aussi liée à sa vitesse de chargement. Il convient ainsi d’alléger sa page principale pour ne jamais dépasser les 4 secondes de chargement. Au-delà, les pertes deviennent trop importantes. Pour les pages avec du contenus trop importants pour les supprimer, il est recommandé d’utiliser le lazy loading, la page se chargera ainsi à mesure que le visiteur scroll vers le bas. Des sites comme Pingdom ou GT Metrix sont précieux pour améliorer la vitesse de votre site.
6. Eviter les popups.
Que cela soit pour collecter plus d’abonnés sur les réseaux sociaux ou pour une promotion produit, les fenêtres popups, non demandées par vos visiteurs, peuvent les irriter. Il n’est donc pas rare de les voir quitter un site pour cette raison. Cela s’en ressentira donc sur le taux de rebond du site e-commerce, ainsi que le PageRank.
7. Bloquer les avis consommateurs !
La plupart des visiteurs cherchent, avant d’acheter un produit, des avis et commentaires sur l’achat, la livraison du produit ou encore ses qualités et défauts d’utilisation. Un site sans avis peut paraître louche aux yeux des internautes. Surtout, c’est un crime contre votre SEO, les pages avec avis étant mieux référencées que celles n’en possédant pas !
8. Ne pas illustrer un produit par une ou plusieurs images.
Non seulement cela ne donnera aucune indications ou confiance aux internautes, mais au-delà de ça, cela prive le site d’un référencement très utile, qui est celui de Google Image par exemple. Il est vital aujourd’hui de nommer chacune de ses images et de leur ajouter une description empreinte de mots-clés, du nom de la marque et du produit. Il est indispensable, d’un point de vue SEO, d’ajouter des images et d’utiliser leur pouvoir de référencement
9. Le keyword stuffing ou le bourrage de mots-clés.
De nombreux sites e-commerce sont tentés de céder à cette technique que Google a pourtant listé parmi les techniques black hat de son guide. Largement sanctionné par Google, certains sites pratiquent pourtant toujours ce genre de techniques dans leurs pages produits ou catégories.
10. Un e-commerce sans backlinks.
En clair, Google peut considérer comme « louche » un site n’ayant aucuns liens pointant vers lui de l’extérieur. Et pour ne pas prendre le risque que cela arrive et ainsi se priver de grandes possibilités de référencement et d’amélioration de son PageRank, l’idéal est d’alimenter un blog en parallèle de son site e-commerce.